Anne COLLONGUES

Portrait © Ori Bahat

Anne Collongues, née en 1985, est devenue photographe après cinq années d’études aux Beaux Arts de Paris ponctuées de voyages.
Sa pratique artistique se cristallise aussi dans l’écriture. Ses textes sont régulièrement publiés dans des revues et son premier roman Ce qui nous sépare, est paru en 2016 chez Actes Sud, où il a reçu un très bon accueil de la presse et des lecteurs.
Anne Collongues a vécu trois ans à Tel Aviv et vit désormais à Paris.
(source : Le bec en l’air)

Lien externe
https://www.anne-collongues.com/


L’heure blanche
Editions du bec en l’air – Mars 2017
Un vagabondage photographique et littéraire pour découvrir Tel Aviv autrement.
«Il s’agit d’une ville, on ne sait pas laquelle. Il semble qu’elle n’éprouve pas le besoin de s’expliquer, de se raconter. Elle est là, comme ça. À prendre ou à laisser. D’une évidence ténue, dispersée, négligente, sans aucune centralité apparente ni monumentalité. S’agit-il, même, d’une ville ? On pourrait en douter. »

 

 

Ce qui nous sépare

Actes sud – Mars 2016

Un soir d’hiver, dans un RER qui traverse la capitale et file vers une lointaine banlieue au nord-ouest de Paris. Réunis dans une voiture, sept passagers sont plongés dans leurs rêveries, leurs souvenirs ou leurs préoccupations. Marie s’est jetée dans le train comme on fuit le chagrin ; Alain, qui vient de s’installer à Paris, va retrouver quelqu’un qui lui est cher ; Cigarette est revenue aider ses parents à la caisse du bar-PMU de son enfance ; Chérif rentre dans sa cité après sa journée de travail ; Laura se dirige comme tous les mardis vers une clinique ; Liad arrive d’Israël ; Frank rejoint son pavillon de banlieue.
Attentive et bienveillante, Anne Collongues fait tourner la lanterne magique de l’existence et livre un texte subtil, aussi juste dans l’analyse psychologique de ses personnages qu’émouvant dans la représentation de leur beauté banale.

Ce contenu a été publié par admin. Mettez-le en favori avec son permalien.