Christophe Carlier

Christophe Carlier

© Raphaël Gaillarde

Né en 1960, Christophe Carlier enseigne pendant plusieurs années à la Sorbonne.
En 1991, il soutient une thèse sur la mort dans les romans de Marguerite Duras.
En 1992, il entre au service du dictionnaire de l’Académie française, où il participe à plusieurs dictionnaires et encyclopédies. En 2010, dans Lettres à l’Académie française (
Les Arènes, 2010), il réunit une centaine de lettres de candidature de prétendants illustres ou inconnus (Balzac, Lamartine, Dumas père et fils, Baudelaire, Verlaine, Zola et Lévi-Strauss…).
Il est l’auteur de divers autres essais dont Les grandes figures mythiques (en collaboration avec Bernard Valette, Éditions Ellipses, 2011 ) dans lequel il associe dans une même analyse des grandes figures de la mythologie classique, des héros historiques ou littéraires devenus mythiques et des icônes contemporains des arts et des médias ( Héraclès et Aphrodite, Cléopâtre et Don Quichotte, Frankenstein et Cendrillon, Tintin et Marylin Monroe, …). Son dernier essai, Happé par Sempé, est paru en octobre 2013.
L’Euphorie des places de marché, son deuxième roman, fait suite à L’Assassin à la pomme verte qui a obtenu le Prix du Premier roman 2012 et paraît simultanément en édition de poche chez Pocket en janvier 2014.

 

Christophe Carlier, L'euphorie des places de marchéL’Euphorie des places de marché
Éditions Serge Safran – 01/2014
Norbert, directeur commercial de Buronex, écoute la radio dans sa voiture, Agathe, sa secrétaire, passe ses soirées devant la télévision, Ludivine, la stagiaire, surfe sur internet. L’information, provenant de sources différentes, règle leurs relations intimes et professionnelles. Autant dire que ces trois fauves enfermés dans la même cage ont peu de chances de pactiser dans la réalité. L’ambitieux solitaire, la paresseuse débrouillarde et la belle tourmentée sont pourtant condamnés à faire bureau commun. Leur vie ronronne, sur fond de crise économique, jusqu’au jour où l’arrivée d’un client américain suscite toutes les convoitises. Et voilà que les places financières du monde entier semblent s’enflammer.
Christophe Carlier prend un malin et féroce plaisir à explorer le choc des caractères, le contraste des points de vue, la discontinuité des registres. Il brosse une comédie virevoltante où des êtres ordinaires se frôlent, s’évitent, s’épient, se désirent. Leurs passions rentrées et le grand bavardage médiatique se voient soudain bousculés par un vent de folie. Un conte urbain où les aléas du cœur épousent le rythme erratique des places financières !

 

Christophe Carlier, L'assassin à la pomme verteL’assassin à la pomme verte
Serge Safran éditeur – 2012 / Éditions Pocket – 01/2014
Lumières tamisées, pas feutrés, piano en sourdine… Chaque palace est un monde en soi, qui semble situé hors du temps. Le Paradise n’échappe pas à la règle, jusqu’au jour ou l’on trouve un cadavre dans une de ses suites.
Qui a tué ce mari volage et volubile ? Tout le monde s’observe, entre méfiance et attirance. Sous l’œil impitoyable du petit personnel, on assassine comme on tombe amoureux – en passant…

 

Christophe Carlier, Happé par SempéHappé par Sempé
Serge Safran éditeur – octobre 2013
On a très peu écrit sur Sempé, génie invisible et familier dont les dessins composent une étrange Comédie humaine. Pour en percer le mystère, l’ironie tendre et perspicace, Christophe Carlier a mêlé l’analyse et l’anecdote, la confidence et la fiction.
Sempé confie dans un entretien qu’il a commencé à dessiner pour être avec des gens heureux. Ses personnages taquins et tendres campent sur les places de village, dans les rues de Paris ou de New York, sur les bords de mer et dans les sous-bois. Le regard vague et le sourire délicieux, ils murmurent une chanson qui se perd dans le silence du papier.
Dans Happé par Sempé, Christophe Carlier dresse avec poésie le portrait d’un artiste insaisissable, dont la parole est aussi effacée que son trait est vif et précis.

 

Ce contenu a été publié par admin. Mettez-le en favori avec son permalien.