Fanny Chiarello

©Aline Nihoul

Fanny Chiarello le dit très bien d’elle-même, elle est « une femme qui aborde la quarantaine avec une colère intacte, un goût particulier pour les musiques expérimentales et un besoin impérieux de se tenir en retrait du jeu social. »
Fidèle aux éditions de l’Olivier, chez qui elle publie Le zeppelin, en août 2016, il lui importe néanmoins de se ménager « une voix latérale », un espace où se réinventer, explorer d’autres territoires dans l’écriture. C’est aux Editions La Contre-Allée qu’elle trouve ce lieu qui « délaisse les grands axes ». Elle y publie Tombeau de Pamela Sauvage en février 2016.
Avec son roman, Dans son propre rôle (L’Olivier), Fanny Chiarello a reçu le prix Landerneau Découverte 2015 et le prix Orange du livre 2015.
Elle est également l’auteur de livres, pour la jeunesse, publiés principalement à l’Ecole des Loisirs. En septembre 2016 elle publie La vitesse sur la peau, aux Editions du  Rouergue.
Fanny Chiarello vit, et écrit quotidiennement, à Lille. Elle est sans conteste l’une des voix les plus singulières du jeune roman français.

Liens externes
Fanny Chiarello présente Dans son propre rôle. Vidéo Mollat – janvier 2015
Le site de Ricochet

https://www.fannychiarello.com/

Le zeppelin

Le zeppelin
Editions de L’Olivier – août 2016

Dans une ville nommée La Maison, les habitants semblent être plongés dans un ennui abyssal dont rien ne peut les sauver. Ils se sont habitués depuis longtemps à ses bizarreries, aux étranges phénomènes qui les frappent dès qu’ils longent le canal Saint-Divan ou remontent la rue Canard-Bouée. Aussi, le survol de la ville par un énorme dirigeable arrive-t-il à point nommé.Ils sont douze, douze narrateurs dont les activités insignifiantes, celles qui remplissent leur quotidien et forgent leur existence, se trouvent soudainement interrompues par le passage du zeppelin qui les précipite dans la panique, les pousse à la prière, les paralyse ou les prive de voix.Corrosifs, loufoques, absurdes, drôles, émouvants, tous leurs récits construisent un roman farfelu à la Brautigan, une galerie de portraits où la poésie se nourrit d’infime et d’anodin.

La vitesse sur la peau

 

La vitesse sur la peau
Editions du Rouergue – Septembre 2016

Depuis que sa mère est décédée dans un accident de la circulation, Élina se tait. Son périmètre s’est réduit : elle va du collège au domicile de son père, en passant par le jardin des Plantes. C’est là, sur un banc, qu’elle rencontre Violette, une femme en fauteuil roulant, qui lui rend les mots et lui apprend même à courir.

Tombeau de Pamela Sauvage

Tombeau de Pamela Sauvage
Editions La Contre-Allée – Février 2016

Apprenant l’existence de capuchons en feutre pour les clubs de golf, Dorothy Parker, poète et scénariste américaine (Hitchcock, Preminger) disait déjà, il y a près de cent ans : « La civilisation a atteint un point de non-retour ».
Dans un monde futur que l’ on devine plus ou moins proche, une voix de philologue commente et observe ce que révèlent d’ un temps révolu, le nôtre, les portraits des 23 existences qui composent le Tombeau de Pamela Sauvage, vestige d’ un outil révolutionnaire que l’ on appelait alors le livre.
Ces 23 existences sont apparemment liées entre elles selon l’ effet du petit monde. Une hypothèse reprise par le chercheur Stanley Milgram, selon laquelle chacun de nous serait relié à n’ importe quel autre individu par une courte chaîne de relations sociales.

Ce contenu a été publié par admin. Mettez-le en favori avec son permalien.