Thierry Hardier    Jean-François Jagielski

Thierry Hardier et Jean-François Jagielski sont deux enseignants picards, historiens et membres du Collectif de Recherche International et de Débat sur la Guerre de 1914-1918 (CRID 14-18).
De par leurs recherches, ils publient régulièrement articles et ouvrages, seuls ou en collaboration.
Ils ont notamment collaboré à l’ouvrage dirigé par Nicolas Offenstadt, Le Chemin des Dames / De l’événement à la mémoire (Stock, 2004) et à 500 Témoins de la Grande Guerre, dirigé par Rémy Cazals, paru en 2013.
En 2001, ils ont coécrit Combattre et mourir pendant la Grande Guerre, prix Afforty 2002, publié aux Éditions Imago et réédité en 2004 dans une édition revue et corrigée.
Oublier l’apocalypse ? Loisirs et distractions des combattants pendant la Grande Guerre est leur deuxième livre.

 

Thierry Hardier & Jean-François Jagielski, Oublier l'apocalypse ?Oublier l’apocalypse ?
Loisirs et distractions des combattants pendant la Grande Guerre
Préface de Rémy CAZALS
Éditions Imago – 03/2014
Distraire les soldats en guerre n’a jamais été une priorité des états-majors. Pourtant, durant la Grande Guerre, à l’arrière comme au front, nombreux furent les moments où les combattants — confrontés à la peur et à la mort, mais aussi à l’angoissante attente —, s’efforcèrent de s’occuper, de renouer avec la vie au travers de gestes simples et de partages fraternels avec leurs camarades.
S’appuyant sur de multiples témoignages et sur une riche iconographie, Thierry Hardier et Jean-François Jagielski dévoilent l’envers d’un quotidien jusqu’alors ignoré et répondent à diverses interrogations. Dans les tranchées, les Poilus ont-ils vraiment des temps de répit ? À quelles activités manuelles et intellectuelles se livrent-ils spontanément ? Comment le commandement, surpris par un interminable conflit, considère-t-il les besoins croissants de distractions au sein de leurs troupes ? Quand et sous quelles formes les divertissements encadrés par l’armée surviendront-ils ? Et dans quelle mesure les instants dérobés à la folie meurtrière aideront-ils les acteurs du drame à « tenir » ?
Apport majeur à l’historiographie de la guerre 14-18, cet ouvrage nous permet d’approcher au plus près ces hommes perdus dans la tourmente et tentant malgré tout d’y échapper, ne serait-ce qu’un bref moment. « Il faut bien se distraire ! Eh oui ! Il le faut, pauvre âme », écrivait Georges Duhamel en 1918…

500 témoins de la Grande Guerre, collectif500 Témoins de la Grande Guerre
Ouvrage collectif dirigé par Rémy Cazals
Auteurs : Rémy Cazals, Alexandre Lafon, Cédric Marty, Yann Prouillet, Jean-François Jagielski et 28 autres contributeurs
Dessin de couverture de Jacques Tardi
Éditions Midi-Pyrénéennes / EDHISTO – 10/2013
Dictionnaire biobibliographique, analytique et critique présentant 500 témoignages de soldats (de toute arme et de tout grade, du 2e classe au général) et de civil(e)s (notamment de femmes qui ont tenu un journal en pays envahi).
496 pages, 127 illustrations, index thématique, index des noms (personnes et lieux) et des unités militaires

 ◊◊◊

Thierry Hardier

© Courrier picard

Thierry Hardier est docteur en histoire contemporaine, auteur d’une thèse portant sur les traces rupestres réalisées par les combattants de la guerre de 1914-1918 dans les creutes de l’aisne et de l’oise.
Professeur d’histoire au collège Paul Eluard de Noyon, il a dirigé plusieurs publications dans le cadre des actions éducatives sur le travail d’Histoire et de mémoire :
Un Allemand dans le Noyonnais : Hermann Van Heek. Mon Journal 1915-1916 (Edhisto – 2007) édition illustrée et bilingue
Les monuments commémoratifs de la Grande Guerre dans le nord-est de l’Oise (monuments aux morts familiaux ou régimentaires) codirigé avec J-F Jagielski (Edhisto – 2008)
Louis Leclabart (1876-1929) : un artiste picard dans la Grande guerre (Cap Région – 2010)
1914-1918 / Quand verrons-nous la fin de ce supplice ? Journal de guerre de Virginie Pottier et carnet de notes de Jules Dubois (Edhisto/FSE Éluard – 2013)

Quand verrons-nous la fin de ce supplice ?, codirection Thierry Hardier1914-1918 / Quand verrons-nous la fin de ce supplice ?
Journal de guerre de Virginie Pottier et carnet de notes de Jules Dubois
Sous la direction d’Agnès Guillaume et de Thierry Hardier.
Préfacé par Philippe Nivet, professeur d’’histoire à l’’Université de Picardie Jules Verne, spécialiste de l’’occupation allemande en France pendant la Première Guerre mondiale.
Éditions Edhisto/ Foyer Socio Éducatif du collège Éluard de Noyon – 11/2013.
Femme de maréchal-ferrant de Catigny (Oise), Virginie Pottier a été évacuée en février 1917 pour se retrouver, avec quatorze autres habitants du village, dans un hameau à l’est d’Étrœungt (Nord). Elle y reprend son carnet de guerre commencé en août 1914 pour raconter la vie au quotidien de ce groupe d’évacués.
Jules Dubois a été évacué le même jour et dans le même train que Virginie Pottier. Dans les notes rédigées sur son carnet, il décrit le travail forcé, ses rapports avec les habitants du village, les difficultés à se nourrir…
Ces témoignages ont été retranscrits par 35 élèves, de la sixième à la troisième, sur deux années scolaires, sous la direction de leurs professeurs de français et d’histoire.

◊◊◊

Jagielski Jean-François

© Union presse

Professeur des écoles et historien soissonais, Jean-François Jagielski collabore régulièrement à La Lettre du Chemin des Dames (publication du conseil général de l’Aisne) et aux Chemins de la Mémoire (publication du ministère de la Défense).
Il a été chargé par le conseil général de l’Aisne de la rédaction de la signalétique du jardin de mémoire de l’aire du Moulin de Laffaux, destiné à valoriser les stèles présentes sur le site et intégrant le Monument national des Crapouillots.
Il a publié en 2005, Le Soldat inconnu. Invention et postérité d’un symbole, (co-édition Imago / Ministère de la Défense).
En 2012, il a publié un ouvrage sur la région soissonnaise pendant la Grande guerrre et sa reconstruction, Au coeur de la Grande Guerre : le Soissonnais, 1914-1935.
Il est l’un des cinq auteurs principaux de 500 Témoins de la Grande Guerre, réalisé avec l’appui du CRID 14-18 et dirigé par Rémy Cazals, paru en 2013.

Jagielski Jean-François, Au coeur de la Grande Guerre : le Soissonnais, 1914-1935 Au coeur de la Grande Guerre : le Soissonnais, 1914-1935
Éditions Le trotteur ailé – 12/2012
Pendant quatre ans, le Soissonnais a été plongé au cœur des combats de la Grande Guerre. De Tracy-le-Mont dans l’Oise à Crouy dans l’Aisne, en passant bien sûr par Soissons mais aussi Autrêches, Vic-sur-Aisne, Fontenoy…, une grande partie du territoire a été dévastée, quelquefois occupée pendant trois ans. Pour la première fois, un ouvrage complet retrace ces événements qui ont tant marqué la région. Jean-François Jagielski, à la fois spécialiste de 14 -18 et habitant du Soissonnais, fait revivre les années de guerre à travers les témoignages des habitants et des combattants, mais aussi la période peu connue de la reconstruction, qui a permis à ce « pays aplati » de renaître ».

 

Lien externe

 

 

Ce contenu a été publié par admin. Mettez-le en favori avec son permalien.