Hubert de Maximy

Hubert de Maximy

© Girodet

Né à Craponne-sur-Arzon (Haute-Loire) en 1944, Hubert de Maximy est romancier.
À la question : Qui êtes-vous ? ! sur Lechoixdeslibraires.com, dans Le courrier des auteurs du 20/06/2012, il répondait :
« Un petit enfant qui adorait les belles histoires, un gamin qui dévorait BD et romans d’aventure, un jeune homme qui passait sa vie au cinéma, un adulte qui écrivit des scénarios et réalisa des documentaires puis enfin atteignit son rêve : devenir romancier… »
Titulaire d’une maîtrise d’économie et un doctorat de gestion, il a été scénariste de BD pour Métal hurlant, producteur et réalisateur de documentaires pour la télévision et les entreprises avant de se consacrer pleinement à l’écriture de romans historiques policiers et de romans de terroir.
Ses romans policiers ont pour héros « l’Écrivain public », qui enquête dans le Paris de la Renaissance, ou « Gilles Trempemeur » dit «Le Grêlé», chirurgien-barbier dans le Paris du Moyen âge.
Ses romans de terroir racontent des histoires familiales sur plusieurs générations au cœur de sa région, Le Velay.

 

Hubert de Maximy, La bande NoireLa Bande Noire
Éditions Presses de la cité – 08/2014 ( éd. Cheminements 2003)
Une enquête de l’Ecrivain public, dans le Paris de la Renaissance.
Paris, juin 1535. La procession solennelle de la Fête-Dieu s’arrête devant un étrange reposoir : un bûcher d’hérétique. Dans la foule, un homme reconnaît le condamné. Comme lui, il appartenait à la Bande Noire, des mercenaires d’élite qui, vingt ans plus tôt, offrirent au roi François la victoire de Marignan.
Pourquoi son ancien compagnon d’armes subit-il cette mort atroce ? La promesse de le venger fait basculer la vie de l’homme qui avait fui dans la sérénité d’une échoppe discrète un sombre passé. On l’appelle « l’Ecrivain public », car nul ne sait son nom.

Hubert de Maximy, Pierre, maître de dentellePierre, maître de dentelle
Éditions des Presses de la Cité – 10/2013
Après Honorine et sa fille Alice, le portrait tout en nuances de Pierre, héritier de la fabrique de dentelles du Velay, dont il va développer le succès jusqu’en Amérique à l’aube du XXe siècle. Roman sur la fin d’une dynastie de grands artisans de la dentelle.
Dentelle de soie, lingerie fine, napperons délicats, la fabrique Chalencon et Compagnie de Craponne-sur-Arzon, dans le Velay, excelle, en cette fin du XIXe siècle, grâce au savoir-faire de ses dentellières mais aussi aux intrigues et manigances des Chalencon mère et fille qui ont hissé la modeste entreprise au rang de fournisseur des plus grandes enseignes de la capitale.
Quand Pierre, l’héritier, prend les rênes et se lance dans le marché du grand luxe alors florissant, il n’a rien à apprendre des femmes de sa famille. Retors et calculateur, il sacrifie ses frères et soeurs, son épouse et ses derniers scrupules, jusqu’à ce que la Grande Guerre…

Hubert de Maximy, la saga du BâtardLe Bâtard du Bois noir
La revanche du BâtardLa fille du Bâtard
Éditions de l’Archipel – 01/2013 (les 3 romans en 1 volume)
Dès l’âge de cinq ans, Marius Malaguet, dit « Lou Bastardou », n’a qu’un désir : fuir les gifles du maître, le travail harassant, cette enfance impossible au domaine du Bois noir, quelque part en Haut-Velay. Marius dispose pourtant de l’amour de Marie, sa mère, une fille de ferme illettrée qui lui a caché la vérité sur ses origines.
Engagé en août 1914, devenu lieutenant, c’est un homme qui rentre du front en 1917 pour une courte permission. Mais le plaisir des retrouvailles est gâché lorsque Marius montre à sa mère la photo de Johannes Alayel, l’un des bagnards dont il avait le commandement… Marius est-il le fils bâtard du maître du domaine ? Ou bien de Johannes, son amour d’alors, faussement accusé de vol et envoyé au bagne ?…
Marie, part seule pour la zone de front à la recherche de Johannes Alayel dont la trace s’est perdue dans les hôpitaux militaires. En Picardie, elle recueille, une orpheline de huit ans…

 

Ce contenu a été publié par admin. Mettez-le en favori avec son permalien.