Jean-Luc Seigle

Né dans le Puy de Dôme, près de Clermont-Ferrand, Jean-Luc Seigle, est romancier, scénariste pour la télévision et le cinéma, et auteur de théâtre.
Il a été élevé par un grand-père paysan, ancien soldat de 14 devenu ouvrier chez Michelin, et une grand-mère communiste qui lui a donné le goût des livres.
Après La nuit dépeuplée, publié en 2001, Le sacre de l’enfant mort en 2003 et Laura ou Le secret des 22 lames en 2006, son roman En vieillissant les hommes pleurent, suivi de L’Imaginot, publié en 2012, connait un bel accueil critique et reçoit le Grand Prix RTL-Lire.
Il a écrit de nombreux scénarios seul ou en collaboration pour la télévision, dont les séries Terre indigo diffusée en 1996 sur TF1, ou Le Réveillon des bonnes diffusée en 2007 sur France 3, et pour le cinéma notamment Les convoyeurs attendent, un film de Benoît Mariage avec Benoît Poelvoorde en 1999.
Auteur dramatique, il a écrit sept pièces de théâtre dont Excusez-moi pour la poussière, une création pour le festival de Figeac en 2013 sur la vie de Dorothy Parker.
En 2014, à l’occasion du centenaire de la mort de Charles Péguy, il publie Le cheval Péguy, un portrait hommage et une introduction à l’œuvre du poète.
EN 2015, il publie Je vous écris dans le noir, un roman dans lequel il rétablit la vérité sur la vie de Pauline Dubuisson qui fut jugée aux assises en 1953 pour le meurtre de son petit ami, et qui a inspiré le film de H-G Clouzot, La vérité avec Brigitte Bardot (1960).

Lien externe

  • Entretien avec Jean-Luc Seigle à propos de son roman
    •  

      Je vous écris dans le noir
      Flammarion – 01/2015
      1961. Après avoir vu La Vérité de Clouzot, inspiré de sa vie et dans lequel Brigitte Bardot incarne son rôle de meurtrière, Pauline Dubuisson fuit la France et s’exile au Maroc sous un faux nom. Lorsque Jean la demande en mariage, il ne sait rien de son passé. Il ne sait pas non plus que le destin oblige Pauline à revivre la même situation qui, dix ans plus tôt, l’avait conduite au crime. Choisira-t-elle de se taire ou de dire la vérité ? Jean-Luc Seigle signe un roman à la première personne où résonnent les silences, les rêves et les souffrances d’une femme condamnée à mort à trois reprises par les hommes de son temps.

       

    Ce contenu a été publié par admin. Mettez-le en favori avec son permalien.