Maadiar

MaadiarNé en 1985 en banlieue parisienne, Maadiar, dessinateur, scénariste et plasticien, s’est installé depuis peu dans l’aisne, à Chauny.
Enfant, il s’amuse à reprendre les scénarios du Journal de Spirou pour créer ses propres personnages et dévore tous les classiques, Yakari, Astérix, Tintin et Gaston Lagaffe.
En grandissant, il assiste à l’explosion des cadres de la BD dans les années 90, à la naissance des romans graphiques et des nouveaux formats, et découvre la BD underground américaine.
Après son bac, il entreprend des études de Sciences Politiques. Une passion pour la Russie, héritée de sa marraine russe, l’amène à faire sa dernière année à Moscou. Il y découvre l’art du loubok, gravure sur bois éditée entre les XVIIe et XIXe siècles.
De retour à Paris, il décide de faire un métier en rapport avec la littérature, le dessin et la peinture, arts qu’il cultive en autodidacte dès l’adolescence, publiant déjà depuis 2006, illustrations, dessins satyriques ou reportages en bande dessinée. Il se tourne vers le journalisme en bande dessinée collaborant notamment à Gonzaï.com, Megalopolis, Vice Magazine France.
Parallèlement, depuis 2009, il poursuit une carrière d’artiste plasticien. En 2011, il est exposé à l’Affordable Art Fair de Bruxelles.
Son style graphique en ligne claire épaisse, cloisonnée, est nourri des influences de Jossot et de Gus Bofa.
En 2014, il publie sa première bande dessinée, Mathurin Soldat, un crayon dans le canon, une biographie romancée des quatre années de guerre de l’artiste breton Mathurin Méheut, un album salué par la critique, de Casemate aux Inrocks.
Actuellement, il a deux projets en cours de réalisation : l’un sur le calligraphe et peintre chinois Zhū Dā, surnommé Bada shanren (1625-1705) et l’autre sur Thomas de Marle (1116-1130), fils de Ade de Marle et d’Enguerrand 1er, seigneur de Coucy.

 

Maadiar, Mathurin soldatMathurin Soldat, un crayon dans le canon
Dessin et scénario : Maadiar
Éditions du Pélimantin, coll. A une case en moins – 05/2014
Mathurin Soldat, un crayon dans le canon raconte la vie d’un homme, Mathurin Méheut, un artiste surpris par l’aurore de la Grande Guerre, le grand malheur, alors qu’il traverse le Japon de l’ère Meiji. Parti pour documenter le monde de la première mondialisation et aider ainsi à la construction d’une paix universelle par la tolérance et la connaissance sensible, il replie ses affaires et plonge dans le drame de la guerre, par amour, par devoir ou par inconscience ?
Autant évocation de la vie réelle d’un artiste combattant, avec ses souvenirs, ses joies et ses peines, que rêve, évocation onirique d’une guerre que l’auteur n’a pas vécue, Mathurin Soldat se veut aussi un hommage aux combattants de l’Argonne, tant allemands que français, qui souffrirent ensemble sur les pentes calcaires du massif entre 1914 et 1915.

 
Liens externes

 

Ce contenu a été publié par admin. Mettez-le en favori avec son permalien.