Olivier Charneux

Photo Droits Réservés

Écrivain, metteur en scène, animateur d’atelier d’écriture, Olivier Charneux est né en 1963 à Charleville-Mézières.
Il écrit depuis 1985 une œuvre essentiellement autobiographique aussi bien tournée vers le théâtre que vers le récit ou le roman.
Il a publié sept livres : La grande vie (1995), Les dernières volontés (1997) et Nous vivons des vies héroïques (2007) chez Stock, L’enfant de la pluie (1999) et Etre un homme (2001) au Seuil, Laissez verdure (Journal de Nohant) aux Editions du patrimoine et Tant que je serai en vie en janvier 2014 chez Grasset.
Il a écrit une dizaine de pièces de théâtre dont La Course au soleil, In Aimer sa mère (collectif) publiée chez Actes Sud-Papiers. Toutes ont été diffusées sur France Culture. Metteur en scène, il met en scène ses propres pièces, mais aussi les écrits des amateurs dans le cadre des nombreux ateliers d’écriture qu’il encadre. Il répond régulièrement aux commandes d’écriture d’artistes, plasticiens, chorégraphes, compagnies des arts de la rue ou compagnies théâtrales.

Lien externe

Le Magazine de la santé, France 5. Interview d’Olivier Charneux. Janvier 2016.

Sans titre

Les guérir

Les guérir

Editions Robert Laffont – Janvier 2016

« L’homme le plus important du Reich après Hitler avait affrété spécialement un avion militaire pour acheminer le docteur Carl Værnet et sa famille du Danemark à Berlin. Himmler l’avait reçu dans son bureau en pleine guerre, le 15 février 1944, entouré de ses principaux collaborateurs. Il lui avait ouvert les portes du camp de concentration de Buchenwald. Il l’avait financé. Carl Værnet n’en revenait toujours pas de leur complicité. Il entendait encore le Reichsführer évoquer son père éleveur de chevaux dans le Jütland, comme si Himmler l’avait connu au Danemark et qu’il était de la famille. Il l’entendait aussi parler des paysans, dont il se sentait proche, et de l’élevage, qui était son premier métier. Sa préoccupation de la question homosexuelle les avait définitivement rapprochés. Était-ce un crime de vouloir les guérir? »
Dans cette biographie romancée, Olivier Charneux révèle l’entreprise délirante et monstrueuse d’un médecin danois, Carl Værnet, obsédé par l’idée de régler la question de l’homosexualité pour « le bien de l’humanité ».
Porté par une écriture sobre et rigoureuse, ce récit restitue dans sa terrible vérité le parcours d’un homme presque ordinaire guidé par une vision moralisatrice et régulatrice de la société qui conduit encore aujourd’hui dans certains pays du monde à exclure, voire à exterminer tous ceux qui sont perçus comme « différents ».

Olivier Charneux, Tant que je serai en vieTant que je serai en vie

Grasset – janvier 2014
Quand, au début des années 1980, un mal étrange et encore innommé décima nombre d’homosexuels, Olivier Charneux vit mourir beaucoup de ses proches.
Bien qu’épargné par ce fléau, il chercha dans ce face-à-face avec la mort précoce des raisons de comprendre et d’espérer.
Jeune écrivain, il se tourna vers des « Phares » qui balisèrent alors son chemin de survie. Ces « Phares », pour lui, se nommèrent Racine, Pina Bausch, Marguerite Duras, Barbara, Violette Leduc, Jim Jarmusch, Christian Boltanski, Gus Van Sant, Nan Goldin, Coppola, Bram Van Velde, Hervé Guibert et quelques autres…
Avec eux, grâce à eux, il a surmonté le chaos.
Ces artistes lui ont surtout appris à aimer par temps de détresse.
Voici le livre qui détaille avec minutie cette aventure aussi douloureuse que lumineuse.

Fiche mise à jour pour l’édition 2016 de La Fête du Livre de Merlieux

 

Enregistrer

Ce contenu a été publié par admin. Mettez-le en favori avec son permalien.