Pascale PUJOL

Portrait © Olivier Chatelain

Après avoir acheté des livres avec frénésie pendant plusieurs décennies, Pascale Pujol décide d’inverser le mouvement et de se mettre à en vendre le restant de ses jours. Pour plus de sécurité, elle choisit de passer de l’autre côté de la couverture et de les écrire elle-même. Elle commence par Fragments d’un texto amoureux (Quadrature, 2014), un recueil de nouvelles, avant de publier Petits plats de résistance son premier roman paru en 2015 aux Editions Le Dilettante.
Son deuxième recueil de nouvelles Sanguines est paru chez Quadrature en novembre 2017. En avril 2018, elle publie Je vous embrasse (éditions Lunatique) une novella qui, dans une langue exquise, redistribue les cartes du jeu amoureux.

Liens externes :
http://editionsquadrature.be/note-de-lecture-sur-sanguines-de-pascale-pujol/
https://www.ledilettante.com/livre-9782842638276.htm


Je vous embrasse
Editions Lunatique – Avril 2018 –
Un homme, une femme, et Paris pour décor de cette histoire d’amour languissante. Jeu de séduction, jeu d’illusions, plein de promesses non dites, de gestes attendus et de baisers espérés. Mais, la belle n’est pas bête, et se rebelle. Mots vengeurs, jamais rageurs, tout en délicatesse et subtilités de langue. Pascale Pujol dépoussière avec Je vous embrasse les codes courtois des amours galantes. Raffiné et non moins mordant, un régal d’insolence bienséante.


Sanguines (Nouvelles)
Quadrature – Novembre 2017
Douze tableaux, douze nouvelles, douze lunes devrait-on dire… Car on parle ici de lunes, de cycles, de sang. De menstruations. Un thème tabou, un bastion que la littérature a souvent refusé d’investir parce qu’il y a un je-ne-sais-quoi de tribal, de reculé, de primitif dans ces histoires qui doivent rester secrètes, refoulées ou proscrites : qu’elles soient accueillies avec déception, soulagement ou exaspération, les règles nous ramènent à notre condition animale.
Balayant les préjugés, l’auteure parcourt ce delta maudit pour tenter d’accoster sur des rivages parfois glauques, mais pas seulement… En parler sans trivialité semblait définitivement exclu et pourtant Pascale Pujol vous laisse suspendu(e) au fil de son talent.

Petits plats de résistance

Petits plats de résistance
Editions Le Dilettante – Août 2015

Tout tient au ventre, chez l’homme, chacun le sait. Dis-moi ce que tu mitonnes je te dirai ce que tu mijotes, confie-moi ce que tu goûtes, je te dirai quoi tu guignes. C’est forte de pareilles maximes que Pascale Pujol nous convie à la dégustation de ses Petits plats de résistance, un premier roman à la carte en forme de comédie urbaine tressautante, de pochade érotique et de sociodrame papillaire où chaque chapitre est mis sous l’invocation d’un plat ou d’une denrée. Soit, en entrée, Sandrine Cordier, une Pôle-employée tant futée et ambitieuse qu’allante et dodue, nantie d’un Guillaume de mari dont le grand oeuvre est une arnaque aux kiosques de presse et deux enfants, une fillette surdouée du net et un ado mode et sous-tendu ; soit, en plat principal, le groupe Lacarrière résumé au patriarche patron de presse libéral, Marcel, à son rejeton, un baise dru jet-setteur et plutôt nigaud, et à son porte-flingue, Bricard is the name, finaud et haut en magouilles. Épice l’ensemble et agrémente l’assiette toute une garniture aux petits oignons : une internationale de cordons-bleus sans trop de papiers, Ferreira le voyeur, Benoliel l’agent immobilier, une flottille de drôlesses cascadantes et minaudantes et de ploucs grandioses dont, trônant parmi quelques mannequins d’un soir, l’opulente et vorace Annabelle Villemin-Dubreuil (ex Lamoul Véronique), ancienne de Langues O’ passée à la carte du tendre et au courrier du coeur. Tels sont les ingrédients de base de cette goûteuse potée romanesque où l’on savourera selon les bonheurs de la pêche : des secrets familiaux, une géographie poétique de la Goutte d’Or, un tribunal de commerce mué en ring de catch, une crépitante méditation sur la tectonique des classes et le choc des cultures et surtout, surtout, où l’auteur affirme un goût certain pour une vision papillaire des mots et gustative de la littérature. À table !

Fragments d'un texto amoureux

Fragments d’un texto amoureux
Nouvelles Editions Quadrature – 2014

Une nouvelle, c’est parfois un homme et une femme qui se regardent et se taisent pendant que s’échafaude l’histoire qui les lie. C’est parfois le frôlement d’un autre, le désir qu’on croit fugace et qui s’installe pourtant. C’est une erreur d’aiguillage qui vous conduit au tourisme forcé. C’est poser des mots délicats sur des désirs sourds et des souffrances muettes. C’est un mouchoir de soie noué au bon endroit. Ce sont des êtres vacillants entre reconnaissance et perdition. C’est l’érotisme infini d’un drap fin… Les nouvelles de Pascale Pujol sont ainsi. Elles se posent, discrètes, vous chuchotent à l’oreille ce qu’elles pourraient crier. Elles n’en ont que plus de force.

Ce contenu a été publié par admin. Mettez-le en favori avec son permalien.