Vincent Gravé

Vincent GravéNé en 1973, Vincent Gravé dessine depuis toujours.
De 1996 à 2003, il a été roughman intégré en agence, il en garde le goût du dessin vif.
Depuis 2001, parallèlement à son métier d’enseignant et d’illustrateur, il a publié une dizaine de bandes dessinées, seul ou en collaboration, dont : Relayer avec Eric Liberge (4 tomes, 2001 à 2006) et Loin du Mythe avec CharlElie Couture (2007), aux éditions Carabas ; Fausse route (2008, réédition 2014) et Petites coupures (
Prix Cognac one-shot 2009) avec Joseph Incardona, Requiem pour un champion avec Boulbar (2010), aux éditions Les Enfants Rouges ; Camille Claudel avec Eric Liberge aux éditions Glénat (2012).
En 2014, il publie deux nouveaux livres :
Il est mort le poète, une adaptation du roman de Marcus Malte (éd. La tengo, 2011) et Jardins des Vagabondes  .
Il collabore également régulièrement avec Bertrand Boulbar dans le cadre de concerts dessinés.

 

Vincent Gravé, Il est mort le poèteIl est mort le poète
scénarisé par Marcus Malte
Les Enfants Rouges, coll. Isturiale – mars 2014
Quelques mois avant les élections présidentielles, Antoine Simiac, jeune et charismatique leader d’un parti de gauche, surnommé « le poète » , est assassiné. Dix-sept ans plus tard, François Mastrado, son meurtrier, bénéficie d’une libération conditionnelle. À sa sortie de prison, une jeune femme l’accoste. Elle se prénomme Zoé et prétend être sa fille. Certains détails mentionnés font que Mastrado la croit. Tous deux apprennent peu à peu à se connaître et à s’apprécier. François Mastrado n’aspire désormais qu’à une vie tranquille. Il s’attache chaque jour davantage à sa « toute nouvelle fille », d’autant qu’il est conscient de n’avoir plus qu’elle en ce monde. Mais au fil des semaines, Zoé se montre de plus en plus curieuse du passé de son père, notamment en ce qui concerne les circonstances de l’assassinat d’Antoine Simiac. Cet homme a-t-il vraiment agi seul et de son plein gré ? L’a-t-on manipulé ? Qui avait réellement intérêt à éliminer le poète de la course au pouvoir ?
Initialement créé pour être une pièce de théâtre radiophonique pour France Culture, Il est mort le poète est aujourd’hui adapté en bandes dessinées. Vincent Gravé auteur des précédents romans graphiques Fausse route et Petites coupures (Prix Cognac one-shot 2009) scénarisés par le romancier Joseph Incardona, retrouve ses pinceaux, brosses, encre de chine et gouache blanche et donne toute son ampleur au texte noir et satyrique de Marcus Malte.

 

Vincent Gravé, Jardins des vagabondesJardins des Vagabondes
préface de Gilles Clément
Édition Cambourakis – mai 2014
À travers une série de rencontres parfois surprenantes et décalées – avec un trader de la défense ou un féru d’alchimie…– Vincent Gravé nous invite à une découverte de l’univers de Gilles Clément, inventeur du concept de « jardin en mouvement ». Du parc André Citroën à l’île Derborence, oasis verte et sauvage en plein coeur de Lille, en passant par le Musée des arts premiers du quai Branly, le dessinateur – enquêteur – figuré sous les traits d’un chat noir armé de son carnet de croquis – s’initie aux principes et à la symbolique qui président à quelques unes des créations majeures du jardinier devenu professeur au collège de France. L’album se termine par une conversation avec le maître lui-même, dans l’intimité de son jardin personnel, créé autour de sa maison de campagne creusoise, véritable matrice et terrain d’expérimentation nourrissant ses grandes créations publiques.

 
Lien externe

 

Ce contenu a été publié par admin. Mettez-le en favori avec son permalien.