Didier Daeninckx

©DR éditions Verdier

©DR éditions Verdier

Didier Daeninckx né le 27 avril 1949 à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) est auteur de romans noirs, de nouvelles et d’essais. Avant de se consacrer à son métier d’écrivain, il a exercé pendant une quinzaine d’années les métiers d’ouvrier imprimeur, d’animateur culturel et de journaliste localier. C’est le livre Meurtres pour mémoire, publié en 1984 qui l’a révélé au grand public et pour lequel il a obtenu le Prix Paul Vaillant Couturier. Dès ses débuts littéraires, Didier Daeninckx a placé au centre de ses polars les perdants et les oubliés de l’histoire et élargi ce travail en faisant resurgir sur le devant de la scène des épisodes refoulés, ou carrément occultés. Il dit écrire de vrais-faux romans policiers pour évoquer ce qui s’est trouvé interdit d’existence dans les différents récits de l’Histoire. Plusieurs de ses ouvrages ont été publiés dans des collections destinées à la jeunesse, d’autres lui ont donné l’occasion de travailler avec des artistes réputés comme le photographe Willy Ronis ou les dessinateurs Assaf Hanouka, Mako, Guttierez, Tignous et Jacques Tardi. Il a obtenu de nombreux prix (Prix populiste, Prix Mystère de la critique, Prix Louis Guilloux, Prix Goncourt du livre de jeunesse…). En 1994, la Société des Gens de Lettres lui a décerné le Prix Paul Féval de Littérature Populaire pour l’ensemble de son oeuvre. En mars 2012, le prix Goncourt de la nouvelle lui a été attribué pour L’Espoir en contrebande.

Novellas 2

Novellas 2
Dix longues nouvelles
Editions du Cherche-Midi – Avril 2016

Chez Didier Daeninckx, la lumière est toujours noire.
Ce deuxième volume de l’intégrale de ses « nouvelles longues » réunit dix textes comme autant de coups de gueule, dix textes vibrants d’émotion.

« Didier Daeninckx est à la fois une sorte de Balzac des temps modernes et de Raymond Chandler de nos périphéries de contrastes. Depuis près de trente ans, […] il rédige la chronique désabusée et grinçante du monde tel qui va. Planqué derrière sa moustache de mousquetaire, il traque la marge, l’espoir en contrebande et la face cachée d’une Histoire que la version officielle a tendance à statufier sans tenir compte du sang, des larmes et du foutre de ceux qui l’ont bâtie. Daeninckx est comme ça. Empêcheur de tourner en rond. Archéologue des plaies mal cicatrisées. […] D’où l’immense plaisir à lire Novellas. »
Yann Plougastel

Novellas 1

Novellas 1
Onze longues nouvelles
Editions du Cherche-Midi – Mai 2015

Comme toujours chez Didier Daeninckx, ses fictions sont nourries de toutes les réalités : les pires comme les plus belles. Chaque histoire est gonflée de rêves et de défaites. La colère côtoie l’utopie, l’individu se frotte au collectif, l’espoir croise le fer avec le désespoir. Humains blessés ou laissés-pour-compte, révoltes tous terrains, événements sortis des oubliettes, souvenirs retrouvés, libertés rétablies : seule l’écriture « au noir » fait jaillir la lumière !
On peut le dire autrement : dans chaque nouvelle de Daeninckx, ça fictionne, ça frictionne, ça fonctionne, ça frissonne. C’est « la vie qui va », ballottée par l’Histoire (avec un grand « H »). Et, quoi qu’il arrive, c’est l’humanité qui finit par l’emporter sur la barbarie.

Édité sous la direction de Jean-Paul Liégeois.

Un parfum de bonheur

Un parfum de bonheur
Photographies de France Demay
Editions Gallimard – Mai 2016

Au cœur des années 1930, un jeune ouvrier du Pré-Saint-Gervais, France Demay, sportif et photographe amateur au regard singulier, capte dans ses clichés la vie de ses copains, une vingtaine de garçons et de filles passionnés de sport, dont les histoires personnelles vont être bouleversées par une invention sociale majeure, celle du temps libre. Les 40 heures et les congés payés leur permettent de quitter les stades de la banlieue pour aller découvrir les campagnes, s’ébattre sur les plages et grimper aux flancs des montagnes.

Didier Daeninckx a été séduit et inspiré par ces instantanés qui éclairent d’une manière inédite la période du Front populaire. Dans un récit illustré d’environ 70 photographies, son héroïne Ginette Tiercelin, femme énergique et haute en couleurs, fait revivre ce temps porteur d’espoir et de liberté où, malgré les menaces, se respirait un parfum de bonheur.

Ce contenu a été publié par admin. Mettez-le en favori avec son permalien.